La Prévalence

Prévalence

La prévalence des polymorphismes du gène de l’hémochromatose (HC), ou gène HFE, dans la population générale

La fréquence des polymorphismes associés au gène de l’HC dans la population générale a été déterminée dans 36 études de dépistage. La fréquence allélique de la mutation C282Y était de 6,2% dans cette cohorte de 127.613 personnes.

A partir de cette fréquence allélique de la mutation C282Y, une fréquence génotypique de 0,38% ou 1/ 260 pour l'homozygotie C282Y peut être calculée.

Des variations significatives dans les fréquences de l'allèle C282Y entre les différentes régions géographiques à travers l'Europe ont été rapportées avec des fréquences allant de 12,5% en Irlande à 0% en Europe du Sud.

En plus de la mutation C282Y, qui est le polymorphisme HFE-associé le plus fréquent, la mutation H63D, un polymorphisme moins répandu de HFE, a été retrouvé plus fréquemment chez les patients HC que dans la population contrôle. La fréquence du polymorphisme H63D montre moins de variations géographiques, avec une fréquence moyenne allélique de 14,0%

Un polymorphisme supplémentaire du gène HFE est la mutation S65C, qui peut être associé à un excès de fer lorsqu'il est hérité avec C282Y sur l'autre allèle parental. La fréquence allélique de ce polymorphisme est d’environ 0,5% et semble être plus élevée en Bretagne.

 

La prévalence de l'homozygotie C282Y du gène HFE chez les patients atteint d'hémochromatose clinique.

La prévalence de l'homozygotie C282Y chez les individus reconnus cliniquement avec une surcharge en fer a été évaluée dans une méta-analyse incluant 32 études avec un total de 2802 patients atteints d'hémochromatose d'ascendance européenne. Cette analyse des données rassemblées montre que 80,6% des patients HC sont homozygotes pour le polymorphisme C282Y du gène HFE. Des  hétérozygotie compositesC282Y et H63D ont été retrouvé dans 5,3% des patients HC. Dans les groupes témoins, qui ont été signalés dans 21 des 32 études, la fréquence de l'homozygotie C282Y a été de 0,6% et la fréquence de l'hétérozygotie composite était présente chez 1,3% de ces différents groupes témoins.

D’autre part, 19,4% des patients ont été caractérisée cliniquement porteurs de la maladie HC en l'absence de l'homozygotie C282Y.

La pénétrance (nombre d’individu chez quiune maladie va se révéler cliniquement au sein d’un groupe de patients pourtant tous porteurs de l’anomalie génétique) de l'homozygotie C282Y est estimée de manière fort variable selon différentes études, mais le chiffre  de 13,5%, signalé dans une méta-analyse de 19 études, représente une bonne estimation.

L'excès de fer

Bien que la majorité des homozygotes C282Y puisse avoir une saturation élevée de ferritine sérique et de la transferrine, ce ne peut être invoqué comme preuve sûre de la surcharge en fer.

Une méta-analyse de 16 études, comprenant  1382 individus C282Y homozygotea montré que 26% des femmes et 32% des hommes ont les concentrations augmenté de ferritine sérique (> 200μg / L pour les femmes et > 300μg / L chez les hommes).

La prévalence de l'excès de fer dans les tissus (25μmoles > / g tissu hépatique ou un score sidérose augmenté) chez les 626 homozygotes C282Y biopsié était de 52% chez les femmes et 75% chez les hommes comme rapporté dans 13 études. La pénétrance plus élevée de la surcharge en fer des tissus(par rapport à la pénétrance d’autres paramètres de la maladie) est due à la sélection des patients pour la biopsie du foie, celle-ci étant plus susceptible d'être réalisée chez des patients présentant des signes cliniques ou biochimiques de la surcharge en fer.

Lorsque tous les 1382 patients avec des paramètres fer rapportés ont été inclus dans la méta-analyse, la pénétrance de fer en excès dans le foie est alors de 19% pour les femmes et 42% pour les hommes.

 

Pénétrance clinique et progression

La pénétrance de cette maladie en fonction des symptômes (fatigue, arthralgies) est difficile à évaluer en raison de la nature non-spécifique et la fréquence élevée de tels symptômes dans les populations témoins.

La pénétrance de la maladie repose sur l'histologie hépatique. Elle a été calculée mais est biaisée par le fait que la biopsie du foie est habituellement réservée aux patients présentant une forte probabilité pré-test d’hépatopathie sévère. Ces études donnent donc juste une estimation d'expression des maladies chez les homozygotes C282Y :

- élévation des enzymes hépatiques ont été trouvés dans 30% des hommes dans une étude.

- fibrose hépatique présente chez 18% des hommes et 5% chez les femmes homozygotes pour la mutation C282Y,

- une cirrhose était présente dans 6% des hommes et 2% des femmes.

- une récente méta-analyse conclut que 10-33% d'homozygotes C282Y finirait par développer la morbidité associée à l'hémochromatose.

 


 

Parmi les homozygotes C282Y,la pénétrance est généralement plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Les homozygotes C282Y mis en évidence uniquement grâce au dépistage dans la famille d’un patient atteint ont un risque plus élevé d'expression de la maladie (32-35%) par rapport aux patients identifiés lors d'études de population (27-29%).

Trois études longitudinales (dépistage de la population) sont disponibles et montrent une progression de la maladie que dans une minorité de C282Y homozygotes. Les données disponibles suggèrent que jusqu'à 38 à 50% d'homozygotes C282Y peuvent développer une surcharge en fer, avec (comme déjà indiqué) seulement de 10 à 33% à terme le développement de la morbidité associée à l'hémochromatose. La proportion d'homozygotes C282Y de la maladie de surcharge en fer liée est sensiblement plus élevé chez les hommes que pour les femmes (28% vs 1%) [146].

La valeur prédictive de la prévalence et les indices anormaux de fer sérique de l'homozygotie C282Y dans une population non sélectionnée

Le dosage du fer sérique est habituellement utilisé comme le premier test de dépistage lors de l'hémochromatose est soupçonnée. La valeur prédictive du dépistage pour les paramètres fer sérique dans la population générale est mise en évidence par deux études [131], [145].

La prévalence de la saturation de la transferrine sérique en augmentation constante sur des tests répétés était de 1% (622 de plus de 60.000). Parmi ces personnes, environ 50% a également eu hyperferritinémie (342 de 622). Homozygotie C282Y n'a pu être détectée dans environ 90% des hommes et environ 75% des femmes avec une saturation de la transferrine et la ferritine élévation persistante des taux sériques. D'un point de vue de coupe, la pénétrance du génotype C282Y/C282Y dans cette cohorte de l'étude, défini comme la prévalence de la cirrhose du foie, a été ~ 5,0% chez les hommes et <0,5% chez les femmes

 

Référence:

EASL (European Association For The Study Of The Liver) clinical practice guidelines for HFE hemochromatosis.

J Hepatol. 2010 Jul;53(1):3-22

Date de dernière mise à jour : Ven 28 Fév 2014